Madagascar-BAD

0
1002

Un partenariat pour améliorer le code pétrolier

Près de 15 techniciens ont bénéficié d’une formation de haut niveau grâce à un partenariat entre Madagascar et la Banque Africaine de Développement. Cette formation dispensée dans le cadre de la Facilité Africaine de Soutien Juridique, a été organisée par le ministère auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole en collaboration avec la BAD au DLC-Anosy, et ce, pendant deux semaines. Ces techniciens sont notamment issus des différents ministères tels que Les Mines et le Pétrole, l’Environnement et Forêts, les Finances et le Budget ainsi que des organismes rattachés comme l’OMNIS, du secteur privé et de la société civile.

Le pays doit tirer un maximum de profit

Dans le cadre de cette formation, de nombreux sujets ont été étudiés. Il s’agit entre autres, de la fiscalité et l’économie des contrats pétroliers, de la modélisation économique, des questions liées aux avantages économiques locaux, de la Responsabilité Sociétale d’Entreprise et de la résolution des conflits. Notons qu’un projet d’élaboration d’un guide pratique relatif aux investissements pétroliers en amont sera également présenté prochainement. Pour la BAD, le Représentant résident, en l’occurrence de Abdelkrim Bendjebbour, a soulevé que cette formation est indispensable afin que Madagascar puissent bénéficier plus d’avantages dans le cadre de l’élaboration des contrats pétroliers. « Il faut que le pays tire le maximum de profit et non pas uniquement les exploitants pétroliers », a-t-il précisé. La BAD a également manifesté son soutien au ministère de tutelle dans le cadre de l’amélioration du code pétrolier.

Les techniciens formés seront des futurs négociateurs

Aux termes de leur formation, les récipiendaires ont reçu des attestations. « Ils seront ensuite des futurs négociateurs dans l’établissement des contrats pétroliers afin qu’il y ait des retombées économiques positives pour le pays, surtout pour la population locale impactée par le projet », a évoqué Zafilahy Ying Vah, le ministre auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole. « L’objectif consiste à avoir un partage équitable des richesses pétrolières, dans le cadre d’une approche gagnant-gagnant », a-t-il poursuivi. Il faut savoir que de nombreux projets pétroliers, offshores et onshores sont en cours à Madagascar. La réserve de 1,5 milliards de barils de pétrole lourd à Tsimiroro ainsi que le gisement de gaz à Mahaboboka dans la région Atsimo Andrefana et dans le Canal de Mozambique sont déjà confirmés. Parlant de l’huile lourde produite par Madagascar Oil, « son utilisation par la Jirama en vue de produire de l’électricité est envisageable d’autant plus que les essais