La participation de Madagascar à la Conférence des Bailleurs et des Investisseurs en décembre 2016 à Paris, a eu des échos positifs. En effet, de nombreux investisseurs étrangers sont intéressés à venir dans le pays. Une délégation d’hommes d’affaires issue de la Confédération des Industries Indiennes est en visite dans la Grande île. « Tout comme les autres investisseurs, ils ont confiance en l’Etat et à la stabilité du pays », a évoqué le ministre auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole, Zafilahy Ying Vah, lors de la rencontre avec cette délégation de la CII.

L’objet de cette visite est de renforcer davantage les coopérations économiques et commerciales entre Madagascar et l’Inde. « C’est la deuxième fois que nous venons dans la grande île. Cette action entre dans le cadre de la mise en œuvre de la politique du gouvernement indien qu’est le développement du partenariat entre l’Inde et l’Afrique. D’ailleurs, le conclave Inde-Afrique aura lieu en mars 2017 à New Dheli », a expliqué Arvind Kumar Sagar, le chef de la délégation indienne. Notons que ces membres de la CII représentent différents secteurs d’activité, telles que les infrastructures routière, portuaires et aéroportuaires, les mines, l’énergie renouvelable ainsi que la fabrication de chaussures et des gilets de protection.

Notons que l’Inde est un des plus grands pays miniers. Ce pays est également très performant en matière de production des énergies renouvelables. « Nous sommes en mesure de produire une puissance énergétique de 50 Mégawatts en un an via l’exploitation de l’énergie solaire », a déclaré le chef de délégation de la CII. Le secteur minier a un aspect transversal. « On a, entre autres, besoin de plus d’énergie pour pouvoir l’exploiter. Il faut également des infrastructures routières et portuaires afin d’écouler la production minière et pétrolière sur le marché international. Raison pour laquelle, nous devons faire appel aux investisseurs étrangers afin d’exploiter rationnellement nos ressources minières et pétrolières qui sont pour l’heure sous-exploitées », a précisé le ministre Zafilahy Ying Vah